Le Château de Beaumesnil se situe dans le département de l'Eure (27), en Normandie

Photo. ci-contre : © Tours-in-Normandy.fr

 

Le "Versailles normand" surnom du château de Beaumesnil

La richesse des deux façades de ce château ont concouru à sa renommée, aussi bien régionale que nationale.

Les différents propriétaires de ce château n'étaient pas moins riches que sa façade et ont su faire parvenir jusqu'à nous cette réussite architecturale du passé.

 

Beaumesnil-en-Ouche au XIIème siècle

En 1179, Jeanne de Meullent apporta en mariage les terres de Beaumesnil et de Brionne à Robert II, baron d’Harcourt. Le troisième de leur petit-fils, un autre Robert d’Harcourt fit édifier, vers 1250, un donjon cylindrique entouré de Douves dont il ne subsiste aujourd’hui que le massif recouvert de buis et toujours entouré d’eau que vous trouverez à la droite du château en arrivant.

En octobre 1415, Robert VI d’Harcourt meurt à la bataille d’Azincourt (Guerre de Cent Ans). Le site du château de Beaumesnil change alors de mains au gré des batailles franco-anglaises jusqu’en 1470, date à laquelle il revient définitivement aux mains des Français. La baronnie de Beaumesnil ne sortira de la famille qu’un siècle et demi plus tard (1602) lors de sa vente à Félix Le Conte, baron de Nonant, qui l’acquiert pour son fils Jacques, futur marquis de Nonant. Jacques de Nonant sera gentilhomme à la Chambre du Roi et son lieutenant héréditaire au baillage d’Alençon.

En 1627, Jacques de Nonant décide de faire abattre les restes du donjon cylindrique médiéval et d’entamer la construction de l’actuel château. Les travaux s’étaleront entre 1633 et 1640. Dates attestées par une plaque de marbre noir mise à jour pendant les travaux de restauration en 1880 et qui se trouve toujours au-dessus de la porte d’entrée.

Jacques de Nonant décède un an plus tard (1641) dans son château à 86 ans.

Ponponne-François Le Conte de Nonant meurt à 20 ans en 1654. Le château échoit à sa sœur, Catherine. Six ans plus tard (1660), Catherine épouse au château de Beaumesnil le comte de Chamilly, Erard Bouton, lieutenant général du prince de Condé, et gouverneur de Dijon. Le domaine entre alors dans une longue phase d’hibernation jusqu’au début du XIXème siècle. Hormis entre 1735 et 1757, période pendant laquelle la comtesse de Clèves et de Chamilly fait agrandir les fenêtres des appartements.

Devenue propriété du duc Armand de Béthune, duc de Chârost et d’Ancenis, qui devient également baron de Beaumesnil par son mariage avec Louise Martel de Clères. Cette dernière meurt au château de Beaumesnil en 1777. La belle-fille du duc Armand de Béthune, duc de Chârost et d’Ancenis (décédé en 1800) en hérite et épouse en seconde noce le duc de Montmorency-Laval.

Le couple y entreprendra des travaux, notamment la construction de la chapelle paroissiale ainsi que le pavillon qui la jouxte à l’entrée de la perspective. En 1833, ils font appel initialement à l’architecte suisse Froelicher pour faire construire dans l’enceinte du parc une chapelle néogothique. M. Froelicher poursuivra ensuite une restauration du château, qui devient le centre d’une vie brillante à laquelle participent le Ministre des Affaires étrangères Mathieu de Montmorency et Victor de Broglie (Ministre des Affaires étrangères de 1832 à 1834 puis président du Conseil des Ministres français en 1835/1836).

En 1851, à la mort du duc Montmorency-Laval, le château échoit au beau-frère du duc, le comte Rodolphe de Maistre qui en fait l’un des centres français de la pensée catholique.

Le château de Beaumesnil sort de la famille de Maistre en 1926 suite à l’achat par l’américaine Audrey Emery qui épouse la même année à Biarritz le grand-duc Dimitri Romanov (Russie) en exile, petit-fils du Tsar Alexandre II assassiné en 1881. Audrey Emery fera restaurer les pavillons qui se trouvent de chaque côté du château. Elle divorcera du grand-duc Dimitri Romanov en 1937 et lui lèguera le château à cette occasion.

Le grand-duc Dimitri Romanov le revend en 1938 à Jean (Hans) Fürstenberg, banquier berlinois réfugié en France la même année qui francise son prénom Hans en Jean. Il conservera le château jusqu’à sa mort en 1982. Ensuite le château devient propriété de la fondation Beaumesnil-Furstenberg qui poursuit l’œuvre entamé par son propriétaire, la transmission aux générations futures de collections qui ont fait le renom de son propriétaire.

 

La façade sud du château de Beaumesnil-en-Ouche

Photo. : © Tours-in-normandy.fr

 

Beaumesnil-en-Ouche devient le siège de la fondation Beaumesnil-Furstenberg

 

Jean Furstenberg est un collectionneur averti (et de renom, il a son propre ex-libris) de livres anciens ayant appartenus à de Grands Noms de l’Histoire : roi, prince, duc, Ministres, écrivains et érudits dont l’Histoire a retenu les noms. Il publiera des catalogues très documentés répertoriant les ouvrages qui sont passés entre ses mains.

Mais il collectionne également et parallèlement les estampes, dessins préparatoires aux vignettes, même si de manière plus modeste.

Jean Furstenberg a fait don d’une partie de ses collections à la Bibliothèque Nationale de France et en a vendu d’autres à de grands collectionneurs de renom pour financer sa fondation, reconnue d’utilité publique en 1966, en charge de perpétuer son héritage au travers du musée de la reliure fondée au sein du château de Beaumesnil (initialement en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France). Le château de Beaumesnil ayant abrité pendant la Seconde Guerre Mondiale une partie des archives de la Bibliothèque Nationale.

 

Versailles normand : la façade sud vue de côté

Photo. : © Tours-in-normandy.fr

 

Beaumesnil-en-Ouche, monument classé et listé

Une partie du château de Beaumesnil fait l’objet d’un classement au titre des Monuments Historiques depuis le 20 décembre 1966. Le reste du château est inscrit aux Monuments Historiques depuis le 8 mai 1926 ; son parc est également inscrit depuis 5 février 1997.

 

Beaumesnil-en-Ouche : Monument Historique, musée, centre culturel et gîte 

Liens vers les sites Internet du Château de Beaumesnil :

Le château de Beaumesnil-en-Ouche, le "Versailles normand",

Gîtes du Château de Beaumesnil-en-Ouche

 

 

contentmap_plugin