Tours in Normandy
id
La zone SECA en Mer du Nord

 

Les zones d’émission contrôlée (ECA, acronyme de Emission Control Area, aussi appelées zones d’émission contrôlée de soufre, SECA, acronyme de Sulphur Emission Control Area) sont des zones maritimes dans lesquelles des contrôles stricts des navires marchands ont été établis par l’Organisation maritime internationale (OMI) pour minimiser les émissions d’oxydes de soufre (SOx), d’oxydes d’azote (NOx) et interdire toute émission délibérée de substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Elle régit de plus l’incinération à bord et les émissions de composés organiques volatils (COV) imputables aux navires-citernes.

 Adoptée en 1997, l'Annexe VI Règles pour la Prévention de la pollution de l'atmosphère par les navires de la Convention Marpol établit :

    - des zones de contrôle des émissions faisant l'objet de contrôles plus rigoureux des émissions de SOx ;
    - des zones de contrôle des émissions de NOx pour des normes d'émission de NOx du niveau III.

Cette régulation entrée en vigueur en 2005 est la contribution de l’industrie maritime à la réduction globale des émissions de gaz à effet de serre. L’Annexe VI a été révisée en juillet 2010 et a introduit des limites d’émission plus rigoureuses.

Depuis 2011, quatre ECA existent à travers le monde :

    - mer Baltique et mer du Nord pour les émissions de soufre ;
    - Amérique du Nord et zone maritime Caraïbe des États-Unis pour les émissions d’oxydes de soufre et d’azote et les particules.

SECA IMO III EPA others web

Depuis le 1er janvier 2015, les zones ECA ont vu le taux de soufre des carburants utilisés à bord des navires marchands réduit à 0,1 % contre 1 % auparavant. La limite de 0,1 % ne concernait jusqu’alors que les navires passant plus de deux heures dans les ports des zones ECA qui devaient atteindre ces normes, lors de leur séjour portuaire.


A compter du 1er janvier 2020, l'OMI a obtenu un accord pour que la part de soufre dans les carburants marins utilisés dans le monde entier soit ramenée à 0,5%, communément appelée OMI III.

Dans le même temps, en méditerannée par exemple, il est fréquent de rencontrer de nos jours des carburants affichant une part de soufre flirtant avec les 4% !  Quand en Europe du Nord, le maximum toléré est 1,5%.

Le coût de conversion des moteurs pour utiliser un carburant plus propre étant énorme, il existe deux solutions : soit mettre en oeuvre des systèmes d'épurations des fumées (appelés des "scrubbers"), soit ne rien faire.

C'est pour lutter contre cette seconde option que l'Union européenne va déployer, à compter de 2020, des drônes chargés d'aller mesurer directement à la sortie des cheminées des navires en escale le respect de la législation en vigueur en Europe du Nord.

seca drone 02

L'industrie maritime avait réussi jusqu'à présent à échapper à la pression écologique parce que loin des yeux du citoyen au quotidien. A titre de comparaison, le gas oil routier, depuis 2005, est 200 fois moins polluant en soufre que le fioul lourd des navires qui parcourent le globe. On estime le nombre de navires de commerce (pêche exclue) fonctionnant au fioul lourd à 50 000 dans le monde en 2018 pour seulement 150 navires équipés de moteurs plus propres (GNL carburant quasi exclusivement).

 

Norvège : 03 mai 2018

Le Parlement norvégien a voté le 3 mai 2018 le classement à zéro émission à compter de 2026 des deux fjords Geirangerfjord et Nærøyfjord. Intégrés depuis 2005 dans la liste des sites naturels remarquables de l’Unesco, ces deux fjords très encaissés sont des attractions touristiques majeures en Norvège avec des visiteurs transportés essentiellement par voie maritime, à bord des ferries et bateaux de promenade locaux ou de paquebots de croisière.

 

 

Statistiques 2017 :

Des études ont produit les résultats suivants quant à la pollution induite par les navires :

- 55% des rejets polluants proviennent de leur phase à quai,

- 34% des opérations de manoeuvre portuaire,

- 11% des rejets polluants sont issus de leur phase de transport maritime pur.

L'enjeu de la propagation des escales froides dans tous les ports du monde prend ainsi tout son sens à la lecture de ces chiffres.

 

Articles connexes :

C'est quoi un "scrubber" ?

C'est quoi une escale froide ?

 

icone nl

Recevez nos bons plans

Le port fluvial de Gennevilliers se situe au nord ouest de Paris
Le port fluvial de Gennevilliers gère indifféremment des flux vracs et des flux Conteneurs
Le port fluvial de Gennevilliers est géré par l'autorité portuaire de Paris
L'autorité Portuaire de Paris coopère avec ses homologues de Rouen et du Havre au travers d'HAROPA
Le port fluvial de Gennevilliers se situe à 20 heures de navigation du port du Havre
Au-delà de Gennevilliers, rares sont les fluvio-maritimes conçus pour passer sous les ponts parisiens
Paris Terminal Gennevilliers
PTG pour les intimes, le terminal à conteneur
Paris à la croisée des régions céralières
Les Grands Moulins de Paris et leurs silos sont logiquement implantés sur le port de Gennevilliers
La Seine et ses affluents, un magnifique outil sous exploité pour déplacer des volumes considérables de vracs en tout genre
Le bassin versant de la Seine fait du fluvial un mode de transport vert de prédilection pour alimenter Rouen
Un fluvio-maritime remontant la Seine au niveau du Pont de Tancarville
Le format du SEA CHARENTE lui permet d'atteindre le port fluvial de Gennevilliers